Vous trouverez ci-dessous l'extrait d'un scénario de court métrage que j'ai écrit à 20 ans et que j'ai tourné à cette période durant des cours d'audiovisuel avec la classe de première d'un lycée.


Exit


Séquence 1 _ Intérieur chambre. Fin de journée

Clément et Etienne sont deux adolescents de 17 ans. Ils se trouvent dans un studio en désordre. La décoration est d’un type oriental bon marché, à base de récupe. Ils sont assis sur des coussins et sur un gros pouf, de chaque côté d’une table basse (en fait une caisse en bois recouverte d’une plaque de verre récupérée). Un ordinateur portable, traînant par terre dans un coin, diffuse sur ses enceintes de la musique à base de fichiers mp3 (on entend le groupe Muse). De l’autre côté de la pièce, posée sur une caisse en bois peinte en rouge, trône une vieille télévision qui passe en sourdine une émission de variété. Aux murs est accrochée une série de photos personnelles représentant des souvenirs de teufs et de vacances.
Sur une table basse s’exhibe une poignée de pilules provenant de plusieurs petits sachets en plastiques sortis d’une petite boite en bois d’olivier. Les deux adolescents ont l’air relativement défaits.


Clément
Alors qu’est-ce que tu dis de mon petit cocktail ?

Etienne fait un geste de confirmation de la tête, comme quoi ça a l’air de bien le faire.

Et attends, le must c’est les pilules bleus… Marco m’a assuré que c’était de la bombe. Il m’a dit qu’il avait eu des sensations de ouf, il a même bien tapé l’hallu.

Etienne
Ouais, faut pas non plus que ça nous couche, j’ai envie de bouger ce soir.

Clément
T’inquiète !

Il lui tend une pilule bleue.

A la tienne mon frère !

Les deux amis gobent leur pilule avec une gorgée de bière.

Je sens que ça va être bien trippant ! On va à l’Amnésia, je crois que c’est DJ Maller et DJ Spiguel qui mixent.

Etienne
Ouais ils déchirent, j’ai passé des bonnes soirées avec eux lorsqu’ils étaient résidents au Majonk. On finit nos bières peinard et ensuite on bouge.

Clément
Il regarde sa montre

Ca va, l’est pas encore trop tard on peut se la jouer bénèze.

Etienne
T’as qu’elle heure ?

Clément
Onze heure, tranquille… on s’arrache d’ici une demi-heure.

Etienne
Ca le fait.

Il tourne la tête et se met à regarder la télévision. Le petit écran envahit peu à peu tout l’espace, et l’image se met à passer en accélérée. Une étrange silhouette en ombre chinoise qui tourne le dos semble ne pas appartenir à l’image à cause de son immobilité qui détonne avec l’action qui a lieu : une émission de variété et de paillette. Le son de la télévision parvient très lointain aux oreilles d’Etienne. Un bruit extérieur, soudain présent, se fait entendre : on frappe à la porte.

Clément
Il a un petit sursaut de paupière comme quelqu’un qui sortirait d’un sommeil profond.

Putain, je scotchais.

Il regarde sa montre, celle-ci indique 23H27.

T'attends quelqu'un ?

Etienne
Il tourne lentement la tête vers Clément, ça se voit qu'il est sous trip.

Je crois pas.

Il remet sa tête en place. On frappe à nouveau.

Clément
A voix basse.

T’as souvent des potes qui passent à cette heure-ci ?

Etienne
Ouais, ça arrive, mais ils sonnent à l’interphone, parce qu’en bas c’est fermé.

Clément
Il se met à attraper les gélules à la va vite, il est soudain devenu hyper speed, son regard part dans tous les sens. Il parle à voix basse.

Bon, on fait pas bruit, genre il n’y a personne. Vas-y aide moi !

Etienne
L’air “à l’ouest”, il regarde clément d’un air perplexe.

Tu flippes de quoi là ?

Clément
A voix basse.

Ca se trouve c'est les keufs ! L’autre jour Sami c’est fait serrer chez lui, je te raconte pas la cata, à six plombes du mat chez ses parents. Putain, bouge ton cul !

Clément a rangé tout le matos dans un sac plastique.

Etienne
Quoi ? Il est pas six heure du mat. C’est quoi ton trip de psycho ?

Clément se déplace dans tous les sens dans la pièce en cherchant quelque chose.

Tu vas me faire gerber avec tes conneries… c’est qu’en bas la porte était mal fermée, c’est tout.

On frappe encore à la porte, toujours de la même manière, sans plus d'insistance.
Clément qui a trouvé un gros rouleau d'adhésif, en arrache un bout, puis ouvre la fenêtre.


Si j’étais pas si scotché, je serais déjà allé ouvrir.

Clément
T’es con Etienne... t’es vraiment qu’un petit con… si jamais c’est les keufs tu vas vite redescendre, je te le dis…

Il regarde dans la rue en bas (ils sont au 4ème). Il n’y a personne. Il colle alors le sac plastique avec l'adhésif au dessus de la fenêtre. Puis il referme celle-ci.

Etienne
L'air hagard, qui le contemple.

Bien vu, Mac « Giver ».

Sa tête retombe contre un coussin qu’il s’est mit derrière la tête contre le mur (il est assis dans le pouf). On frappe à nouveau.

Clément
Il va à la porte et en passant donne un coup de poing dans l’épaule d’Etienne pour le secouer. Puis il ouvre le loquet.

Ouais ! J’arrive !

Il ouvre la porte. Derrière celle-ci se trouve une jeune fille. Elle a le teint très blanc, le visage fin et de grands yeux bleus. Ce mélange lui donne un air quelque peu singulier et particulièrement magnétique. Sinon, elle est habillée dans un style légèrement gothique en mini jupe de cuir noir et avec un body au décolleté plongeant. Il se dégage d’elle une étrange sensualité.

JF
Je peux entrer ?

Clément
Etonné.

Vous êtes la voisine ?

JF
Non... Etienne est là ?

Clément
Il ouvre la porte en grand et se pousse pour qu'Etienne puisse la voir.

Etienne tu connais la demoiselle ?

Etienne relève péniblement la tête et regarde dans la direction de la porte.

JF
Elle sourit en direction d’Etienne.

Salut Etienne… je peux entrer ?

...................
.......................
...................